Bivouac sur le Vohitsombe

Publié le par Anne

Suite du week end du 15 aout 2008, voir d'abord l'article précédent: " en route pour le Vohitsombe"

 
Au petit matin , pas grand monde dans les villages, les zébus piétinent les rizières comme  ils le faisaient au moyen age chez nous..Les tâches de riz vert pomme parsèment la vallée, le bleu domine à l'horizon.

 Nous nous préparons à gravir les 600 m de dénivelé. Il nous faudra plus de 6 heures pour monter car il n'y a pas de chemin et nous grimpons dans les cailloux...Souvent avec Charlotte sur le dos ou sur les épaules.

 

 
La montée est longue en plein midi,à mi-chemin nous sommes rejoint par un groupe de bergers , ils marchent en tong locales en peau de Zébus? et courent dans les pierrailles...impressionnants, ils ont pour tout bagage un sac en toile de 15 kgs de riz, un morçeau de peau de zébu ( peut être pour refaire leurs chaussures) et quelques maniocs séchés; pas d'eau, pas de vêtements juste ceux qu'ils ont sur le dos, pas de maison...Agés de 12 à 20 ans ils passent 6 mois par an à garder les Zébus sur le plateau du Vohitsombe.
Avec nos 50 kgs de bagages pour la nuit ( tentes duvets eau..) nous sommes d'un autre monde, lequel choisir, notre coeur balance...

  
le haut du plateau du Vohitsombe


Espace et liberté, ceux qui vivent là haut, hommes et zébus  ont pour seule contrainte de trouver eau et nourriture.




 


   

 

 

 

Descente tranquille, les pierrailles sont pénibles et nous apprécions d'autant mieux l'arrivée au village  de Tsimanambili le porteur..






 
   








Bon vent Marco pour ta nouvelle vie à Lyon!

Publié dans 2008

Commenter cet article